Man kann vom Dichten leben erst, wenn man längst krepiert ist. (Gustav Meyrink)

Goethe-Institut in Frankreich: Auteur à découvrir

Autor zu entdecken

Das Goe­the-Insti­tut in Frank­reich emp­fiehlt in sei­nem aktu­el­len Cour­ri­er Lit­té­ra­tu­re alle­man­de – in der Rubrik Auteurs à décou­vrir (Neu­ent­de­ckun­gen) – mich und mein Buch (oder muss das hei­ßen: mein Buch und mich?). Ich kann’s lei­der nicht über­set­zen (dann wäre es ver­mut­lich kei­ne Emp­feh­lung mehr).

Le monde dans la tête ou Schopenhauer à Venise

Cet excel­lent roman nous ent­raî­ne dans une visi­te détail­lée et vivan­te de Veni­se : les cana­ux, les ruel­les et les monu­ments, bien sûr, mais sur­tout le petit peup­le et l’atmosphère des cieux gris de novembre. Cet­te visi­te, le lec­teur la fait en très bon­ne com­pa­gnie, cel­le du jeu­ne Scho­pen­hau­er qui séjourne à Veni­se –nan­ti d’une car­te de recom­man­da­ti­on de Goe­the auprès de Lord Byron. Arthur Scho­pen­hau­er est encore un incon­nu puis­que la paru­ti­on de son liv­re a été retar­dée. Pour­tant, la poli­ce de Met­ter­nich l’a à l’œil, et le pour­su­it dans cet­te vil­le occup­ée alors par les Autri­chi­ens.

«Arturo» va nous prou­ver que l’on peut exer­cer ses talents de phi­lo­so­phe par­tout et en tou­tes cir­con­stan­ces : en s’entraînant à manœu­vrer une gon­do­le, en sui­vant un chi­en mali­cieux jusqu’à un mar­chand de sau­cis­ses et sur­tout en con­frontant sa visi­on de la vie et du mon­de avec cel­le qu’en a une jolie véniti­en­ne, Tere­sa.

Coup de Cœur:

Un roman plein d’humour, d’action, de sur­pri­ses, de rebon­dis­se­ments, sur un fond his­to­ri­que très docu­men­té. On reg­ret­te de quit­ter ces per­son­nages qui sont deve­nu si pro­ches de nous ! Un grand moment de plai­sir !


Kommentare geschlossen.